Le jour où la nature a fait son taf.

Le jour où Mr chéri et moi-même avons décidé de faire un mouflet, cela faisait 9 ans que nous étions ensemble. Trois jours après notre décision j’étais enceinte (d’après calculs et souvenirs). Il faut dire aussi que je ne prenais plus la pilule depuis 1 an et demi par confort. Ouai, c’est un comble de dire ça alors que ce petit comprimé facilite grandement la vie, enfin façon de parler hein ! Mais la migraine, les gonflements, les malaises, les douleurs et tout le reste des symptômes de merde ont disparu dès que j’ai arrêté de la prendre. Depuis je n’ai plus jamais avalé de pilule…enfin disons, pas les mêmes.ouiiiii3jours

Des vrais athlètes de la procréation !!! Médaille d’or du meilleur ovule, Oscar du lâché de spermatozoïdes, 1er prix du speed dating de gamètes ! Wooohoooo !

(Je précise que je ne suis pas anti-pilule, loin de là mais il serai temps (et équitable) que ça ne soit pas que les femmes qui avalent des trucs tous les jours ! La responsabilité de la contraception ne doit pas reposer sur les seules épaules des femmes.)

Publicités

Salut !

Je m’appelle Amélie, j’ai 41 ans, je suis illustratrice, en couple depuis 22 ans et maman depuis 13 ans.

J’ouvre cet espace afin de raconter avec humour (j’espère) une période pas cool de ma vie.

Je vais vous parler de ma grossesse, de la façon dont elle a été prise en charge par le corps médical. Je vais vous parler de mon accouchement, des conséquences, de ma vie après.

Après des années de souffrance, j’ai décidé de parler parce que les choses n’évoluent pas, parce que je constate qu’il n’y a pas de changement, que personne ne prend ses responsabilités. Même si dernièrement les violences obstétricales ont été médiatisées et dénoncées par Marlène Schiappa (secrétaire d’État à l’égalité femmes-hommes), je constate que la voix des femmes est encore écrasée par le rouleau compresseur de l’ordre des médecins.

J’ai décidé de tout déballer parce qu’il le faut, parce que j’ai besoin que mon expérience ai un but, une utilité.

Dénoncer pour faire changer. Exorciser pour mieux vivre.

Je m’appelle Amélie, j’ai vécu une grossesse à risque et un accouchement difficile.

Tu vas voir, on va bien se marrer et puis parfois ça risque de chouiner un brin dans les chaumières !