Le jour des points

Bon c’est bien tout ça ! Mais MOI je peux m’asseoir correctement à quel moment de ma life hein ? Des jours et des jours de souffrance à ne m’asseoir que sur un bout de fesse, un bout de chaise, un bout de moi à cause de cette putain d’éposiotomie. le reste du temps à retenir la petite larme qui pointe au coin de l’oeil, « chui pas une chochotte moi ! » (ben tiens ! C’est malin aussi ça)

7 jours après avoir accoucher, cela m’était tout simplement IMPOSSIBLE. Lors d’un repas dehors, Sissi constatant que j’avais la tête d’un lapin qui venait de se faire rouler dessus par un semi remorque demande à m’ausculter. C’est rouge, c’est gonflé, ce n’est pas normal…

Elle appelle un collègue gynécologie obstétricien à l’hôpital où j’avais accouché, le docteur Berrada. Il nous prend de suite. Je monte (difficilement) dans la voiture de Sissi, direction l’hosto.

Je m’installe avec difficulté sur la table d’examen, le médecin m’ausculte, j’ai mal, super mal. Et puis là le truc un peu bizarre (qui est monté à mon cerveau bien bien longtemps après ce rendez-vous), le médecin et Sissi sont sortis tous les deux quelques minutes et sont revenus. Voilà, voilà, apparemment il y avait un truc dont il ne fallait pas que j’entende parler. Mais la douleur est tellement forte que ça, tu vois, et bien tu t’en rappelle des mois voir des années après…toi, sur ta table toute moche tu veux une seule chose, que la douleur cesse immédiatement !

Ils reviennent avec des petites mines sérieuses. Le médecin me dit que des points sont mal placés et qu’il faut les retirer. Sissi me donne sa main (ah bon ? ça va faire si mal que ça ?), le médecin s’exécute. J’ai ressentie la douleur la plus abominable de toute ma vie. J’ai hurlé et pleuré de douleur en écrasant la main de Sissi.

Un soulagement intense s’est fait ressentir immédiatement. Le médecin m’a dit de me lever et de marcher. La démarche « Geisha » avait disparue, je pouvais faire des pas normaux et des grands pas sans avoir mal. JE POUVAIS FAIRE DES PAS !!!

Je te rappelle que des points avaient déjà été retirés juste après mon accouchement, ça fait un paquet de points de merde quand même, non ?

episio

Cette consultation ne sera pas ajoutée à mon dossier médical en 2004, c’est en 2010, après avoir parler de tout cela avec Sissi avec douleur, qu’elle me fera un courrier (merci) pour expliquer cet épisode. La prescription d’ovules de bétadine et de toilette et surtout le retrait de deux points au niveau de la fourchette vulvaire. Voici donc la source de mon calvaire et de ma démarche de Geisha…on appelle ça comment ? Des points du mari ? Vous savez ? La légende urbaine.

La légende urbaine que je te collerai bien dans ta face ! Toi qui a décidé de comment, physiquement je devais être, selon tes critères et pas selon ta profession et ton code. Toi qui a décidé d’un acte sans m’en parler, toi qui a cousu mes chairs sans précautions, sans humanité en ne pensant qu’à ta conception personnelle du sexe de la femme…la conception de négation.

Moi j’appelle ça une MUTILATION.

Code de déontologie

Publicités

6 commentaires sur « Le jour des points »

  1. Encore et toujours envie de te faire un gros câlin… (aussi un peu pour calmer mon émotion, parce que j’ai littéralement eu mal à la lecture de cet article). Envie de te donner plein d’amour ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s